La mélatonine: ses rôles et ses bienfaits

-

La mélatonine est une hormone essentiellement connue pour son effet sur le sommeil. Néanmoins, la recherche lui attribue également d’autres propriétés. Point complet sur la mélatonine, ses rôles et ses bienfaits.

Présentation

Définition

Molécule de mélatonine: ses rôles et bienfaits sur la santé.

La mélatonine (ou N-acétyl-5-méthoxytryptamine) est une hormone synthétisée majoritairement par la glande pinéale, qui se situe au niveau du cerveau. La rétine, les intestins, la moelle osseuse, les plaquettes ainsi que la peau peuvent également sécréter de la mélatonine, de manière secondaire1.

La production de la mélatonine a lieu essentiellement la nuit, et dure une dizaine d’heures. En effet, le processus se met en route dès lors que l’on se trouve dans un milieu obscur. C’est pourquoi on nomme aussi la mélatonine
«l’hormone du sommeil ou de l'obscurité».

Histoire

La découverte de la mélatonine est récente. C’est en 1958 qu’Aaron Bunsen Lerner, médecin et chercheur à l’université de Yale, identifie puis nomme l’hormone. Julius Axelrod, biochimiste américain, constate à son tour que la mélatonine est issue d’une série de transformations : sécrétée à partir de la sérotonine, elle est initialement obtenue grâce au tryptophane. Au travers de ses études, il précise également les rôles de la mélatonine.

Biochimie sanguine

Le taux sérique de mélatonine est maximal aux alentours de 3 ou 4 heures du matin. La nuit, chez l’adulte, il atteint en moyenne 60 pg/mL, contre 10 pg/mL le jour2. À cet égard, il n’est pas rare que l’on ne soit pas en mesure de détecter la présence de mélatonine dans le sang durant la journée.

Il faut également souligner que la sécrétion de mélatonine est variable selon les individus. Toutefois, les taux restent relativement similaires chez une même personne.

Notons que l’administration d’une faible dose de mélatonine, soit 1 mg, entraîne des concentrations sériques élevées, supérieures à 100 pg/mL3.

Sous quelles formes peut-on la trouver?

De nombreux suppléments contiennent de la mélatonine synthétique. La plupart se trouve en vente libre, en pharmacie ou boutique spécialisée en ligne.

Mentionnons que certains végétaux produisent également cette hormone : elle peut être appelée « phytomélatonine ». On peut ainsi puiser de petites quantités de mélatonine en consommant certains aliments.

Quels sont ses rôles?

Selon Bruno Claustrat, médecin au centre hospitalier universitaire de Lyon, la mélatonine dispose de rôles spécifiques.

Tout d’abord, l’hormone participe à la stabilité des rythmes circadiens. Sa sécrétion apporte à l’organisme des informations relatives aux conditions de luminosité ou d’obscurité. De cette manière, la mélatonine influe sur l’alternance des périodes de veille et de sommeil. Mais ça n’est pas tout: le signal émis par la mélatonine contribuerait à réguler les rythmes circadiens d’autres fonctions physiologiques, notamment le système immunitaire ou l’hémostase.

Enfin, la mélatonine agirait également sur le rythme de la température corporelle. Elle accentuerait la baisse que l’on constate durant la nuit4 5. À cet égard, une étude a révélé que les personnes qui dorment plus de 9 heures par nuit ont une durée plus importante de sécrétion de mélatonine. En parallèle, leur température corporelle reste basse plus longtemps6.

Maintenant que nous en savons davantage sur la mélatonine et ses rôles au sein de l’organisme, intéressons-nous aux bienfaits qu’elle pourrait apporter.

Propriétés et vertus

Bien que l’on ne sache pas encore tout à son sujet, la mélatonine a fait l’objet de nombreuses études.

Sommeil et insomnie

L’hormone est connue du grand public pour ses effets sur le sommeil. Elle entre effectivement dans la composition de divers compléments populaires tels que Novanuit®, Euphytose nuit® ou encore Valdispert®. La mélatonine est également le principe actif du médicament délivré sur ordonnance Circadin®. Ce dernier est essentiellement prescrit pour traiter les insomnies chez les personnes âgées de plus de 55 ans7.

Insomnies primaires des personnes de plus de 55 ans

L’agence européenne des médicaments (ou EMA) a mené plusieurs études sur la mélatonine, et plus précisément sur le Circadin®. Ce n’est pas moins de 681 personnes âgées de plus de 55 ans et touchées par une insomnie primaire (qui ne peut s’expliquer par un trouble d’ordre physique ou bien psychique), qui ont pris part aux tests. 32% des patients du groupe Circadin® ont constaté une amélioration en 3 semaines de prise contre 19% au sein du groupe placebo. Finalement, l’EMA se positionne en faveur de la mélatonine, précisant que ses bénéfices sont supérieurs à ses risques, malgré une action relativement modeste8.

En outre, une revue scientifique récente signale également les effets bénéfiques du Circadin® pour ce type de patients. Les chercheurs indiquent que le principe actif pourrait incarner une alternative à la prise de substances hypnotiques. Selon eux, l’administration quotidienne de 2 mg mélatonine durant 3 mois serait bien tolérée pour la majorité des patients. De surcroît, le Circadin® n’affecterait pas la vigilance le lendemain de la prise, et n’interagirait pas avec un autre traitement potentiel (par exemple, anti-inflammatoire, anti-diabétique ou anti-hypertenseur)9.

Troubles du sommeil chez l’enfant

Les troubles du sommeil chez l’enfant sont plus communs qu’on ne le pense.

Effectivement, les insomnies secondaires sont fréquentes :

  • chez 70% des enfants atteints d’un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité ou impulsivité (TDAH) ;
  • pour environ 30 à 53 % des enfants présentant des troubles du spectre autistique ;
  • jusqu’à 86% des enfants pour qui le diagnostic de trouble neurodéveloppemental a été posé ;
  • ainsi que chez les enfants épileptiques.

Une revue scientifique récente considère que la mélatonine incarne une option thérapeutique prometteuse pour ces enfants. Les chercheurs indiquent que le principe actif pourrait également être utilisé auprès des enfants qui souffrent d’insomnie primaire. Cependant, le trouble reste difficile à diagnostiquer compte tenu des perturbations liées à l’âge qui peuvent survenir. La recherche doit donc s’étoffer, afin que l’on puisse identifier plus aisément les patients pour qui la mélatonine serait susceptible de convenir de manière optimale. La poursuite des études permettrait en outre de préciser les posologies adéquates en fonction de la nature du trouble et de son intensité10.

Insomnie chez les personnes atteintes d’un trouble psychiatrique

Selon la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS), la mélatonine peut s’avérer utile lors de la phase aiguë, de la période de stabilisation ou de rémission d’un patient souffrant d’une pathologie psychiatrique qui s’accompagne de troubles du sommeil.

La mélatonine pourrait ainsi être prescrite comme thérapeutique complémentaire en période aiguë. Elle pourrait contribuer au traitement des insomnies dans le cadre de la schizophrénie ou d’un trouble de l’humeur. Les chercheurs indiquent également que le principe actif peut être indiqué en cas d’anxiété liée à une intervention chirurgicale.

En outre, un traitement à base de mélatonine permettrait de limiter le risque de rechute chez les patients atteints d’un trouble psychiatrique stabilisé, qui évoqueraient toutefois des difficultés de sommeil11.

Positionnement des autorités sanitaires

En se basant sur les données de la recherche, l’European Food Safety Authority (EFSA) et la Commission européenne ont validé certaines propriétés concernant les suppléments qui contiennent de la mélatonine. Ainsi, une prise égale ou supérieure à 1 mg, avant le coucher, peut favoriser un endormissement plus rapide.

En revanche, ces mêmes instances indiquent que la mélatonine ne peut concourir à l’amélioration de la qualité du sommeil. La revendication d’une telle affirmation est donc interdite. De plus, les fabricants ne peuvent affirmer que l’hormone contribue à la régulation des rythmes circadiens12.

Diminution des effets du décalage horaire

L’EFSA reconnaît la contribution de la mélatonine dans la lutte contre les effets du décalage horaire, sous réserve de respecter une posologie suffisante, soit 0,5 mg par prise avant le coucher. L’administration doit avoir lieu le jour du départ, mais elle doit également se poursuivre plusieurs jours après l’arrivée13.

La recherche semble indiquer qu’une cure de mélatonine serait d’autant plus efficace lorsque l’on se dirige vers l’est et que l’on franchit plus de cinq fuseaux horaires14. Sa prise peut être également recommandée en cas de travail de nuit.

Une efficacité dans le cadre de la prise en charge de la douleur?

Selon la SFRMS, la mélatonine pourrait avoir une action antalgique face aux troubles somatoformes tels que la fibromyalgie, la colopathie ou la dyspepsie fonctionnelle ainsi que le trouble temporo-mandibulaire15.

Une revue scientifique récente signale que la mélatonine diminuerait la sensibilité à la douleur aiguë, neuropathique ou inflammatoire. Cependant, les mécanismes à l’œuvre dans cet effet anti nociceptif ne sont pas totalement identifiés16.

Une activité antioxydante?

Nombreux sont les chercheurs qui estiment qu’un effet antioxydant doit être ajouté aux rôles et aux bienfaits de la mélatonine.

Elle aurait une action protectrice directe, en luttant contre les radicaux libres. De manière plus indirecte, elle contribuerait à réparer les dommages survenus au niveau de l’ADN et limiterait l’action des enzymes pro-oxydantes tout en activant les enzymes antioxydantes. La mélatonine ferait ainsi preuve d’une polyvalence rare. Les chercheurs soulignent en outre sa capacité à traverser les parois et barrières de l’organisme ainsi que sa faible toxicité17.

Une étude récente signale le potentiel prometteur de la mélatonine en application topique. Une telle utilisation permettrait de lutter contre les signes cutanés de l’âge, de manière sécuritaire et efficace18.

La sphère cardiovasculaire

La mélatonine pourrait exercer ses rôles et ses bienfaits sur la sphère cardiovasculaire.

Selon une revue scientifique, compilant des essais sur l’animal et sur l’homme, le principe actif aurait montré une certaine efficacité face aux maladies ischémiques, aux cardiopathies valvulaires, à l’hypertension pulmonaire et artérielle ainsi qu’aux troubles du métabolisme lipidique19.

La lutte contre le cancer

De nombreux chercheurs se sont intéressés aux effets que la mélatonine pourrait induire face à divers types de cancers.

Une étude indique que l’hormone pourrait limiter l’expansion d’un cancer, qu’il soit débutant, en cours de progression ou bien en phase métastatique. Tous les mécanismes d’action de la mélatonine ne sont pas encore connus. Toutefois, il semblerait que les récepteurs membranaires de l’hormone (MT1 et MT2) jouent un rôle prépondérant dans l’atténuation du développement du cancer. Mais ça n’est pas tout : la mélatonine agirait également au niveau intracellulaire, de manière directe.

L’équipe de chercheurs précise que la mélatonine pourrait incarner une thérapie adjuvante intéressante, car elle potentialiserait l’effet des médicaments traditionnels, tout en neutralisant leur toxicité. Une telle supplémentation pourrait donc accroître le bien-être des patients sous traitement oncologique20.

Résumé

Découvrez l’essentiel sur la mélatonine, ses rôles et ses bienfaits
La mélatonine est une hormone essentiellement sécrétée par la glande pinéale.

Elle joue un rôle dans la synchronisation des rythmes circadiens notamment l’alternance veille et sommeil ainsi que la température corporelle.

La recherche a mis en avant divers bienfaits de la mélatonine: certains sont d’ailleurs reconnus par les autorités sanitaires.

Une supplémentation à base de mélatonine peut s’avérer utile en cas de troubles du sommeil. L’EFSA signale effectivement que le principe actif peut être utilisé pour dormir et permet de faciliter l’endormissement, s’il est pris avant le coucher, à un dosage supérieur ou égal à 1 mg.

Selon l’EFSA, la mélatonine peut également permettre à chacun de mieux tolérer les effets du décalage horaire (jet lag).

En outre, de nombreuses recherches précisent les rôles et les bienfaits potentiels de la mélatonine. Elle pourrait trouver sa place dans la prise en charge de la douleur liée à certaines pathologies. Elle pourrait également incarner un traitement complémentaire pertinent face au cancer ou aux maladies cardiovasculaires. Enfin, la mélatonine aurait une action antioxydante prometteuse.

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur la mélatonine:

Questions fréquentes

Qu'est-ce que la mélatonine?

La mélatonine est une hormone synthétisée par la glande pinéale. Elle joue un rôle prépondérant au sein de l'organisme.

Quels sont ses rôles au sein de l'organisme?

- Favorise la stabilité des cycles circadiens
- Régulation de la température corporelle

Pourquoi en prendre?

- Traitement de l'insomnie
- Diminution des effets du décalage horaire
- Soulagement de la douleur
- Propriétés antioxydantes
- Réduction du risque cardiovasculaire
- Activité anticancéreuse


  • 1Singh M. & Jadhav HR. (2014) Melatonin : Functions and ligands. Drug Discovery Today.
  • 2Comai S. & Gobbi G. (2014) Unveiling the role of melatonin MT2 receptors in sleep, anxiety andother neuropsychiatric diseases: A novel target in psychopharmacology. Journal ofPsychiatry and Neuroscience.
  • 3Claustrat B. (2009) Melatonin and sleep-wake rhythm disturbances. Médecine du Sommeil.
  • 4Ibid.
  • 5Claustrat B. & al. (2005) The basic physiology and pathophysiology of melatonin. Sleep Med Rev.
  • 6Aeschbach D. (2003) A longer biological night in long sleepers than in short sleepers. J Clin Endocrinol Metab.
  • 7Eureka Santé par Vidal (2020) Circadin.🔗 https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-gp3463-CIRCADIN.html
  • 8European Medicines Agency. Circadin.🔗 https://www.ema.europa.eu/en/medicines/human/EPAR/circadin
  • 9Quera-Salva MA. & Claustrat B. (2018) Mélatonine : aspects physiologiques et pharmacologiques en relation avec le sommeil, intérêt d’une forme galénique à libération prolongée (Circadin®) dans l’insomnie. L’Encéphale.
  • 10Esposito S. & al. (2019) Pediatric sleep disturbances and treatment with melatonin. J Transl Med.
  • 11Geoffroy PA. & al. (2019) The use of melatonin in adult psychiatric disorders: Expert recommendations by the French institute of medical research on sleep (SFRMS). L’Encéphale.
  • 12Eureka Santé par Vidal (2019) Mélatonine.🔗 https://eurekasante.vidal.fr/parapharmacie/complements-alimentaires/melatonine.html
  • 13ANSES (2018) Avis relatif aux risques liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la Mélatonine.
  • 14Herxheimer A. & Petrie KJ. (2002) Melatonin for the prevention and treatment of jet lag. Cochrane Database Syst Rev.
  • 15Geoffroy PA. & al. (2019) The use of melatonin in adult psychiatric disorders: Expert recommendations by the French institute of medical research on sleep (SFRMS). L’Encéphale.
  • 16Xie S. & al. (2020) Role of Melatonin in the Regulation of Pain. J Pain Res.
  • 17Galano A. & al. (2018) Melatonin: A Versatile Protector against Oxidative DNA Damage. Molecules.
  • 18Day D. & al. (2018) Assessing the Potential Role for Topical Melatonin in an Antiaging Skin Regimen. J Drugs Dermatol.
  • 19Sun H. & al. (2016) Effects of melatonin on cardiovascular diseases: progress in the past year. Curr Opin Lipidol.
  • 20Reiter RJ & al. (2017) Melatonin, a Full Service Anti-Cancer Agent: Inhibition of Initiation, Progression and Metastasis. Int J Mol Sci.
Mélanie Manzanares

Rédactrice spécialisée dans le domaine de la santé, ayant obtenu le diplôme d'état infirmier en 2013.