Le zinc : vertus, contre-indications et utilisation

-

Le zinc est un oligo-élément. Il intervient dans de nombreuses réactions enzymatiques. Son rôle est essentiel sur les différents métabolismes de l’organisme. Découvrez le zinc, ses bienfaits et vertus, ses contre-indications et son utilisation en nutrithérapie.

Présentation

Plateau d’huîtres: le zinc est très présent dans ce produit de la mer.

Connu des étudiants et des scientifiques sous l’appellation Zn, le zinc compte parmi les oligo-éléments antioxydants. Les os et les muscles contiennent environ 90 % du zinc corporel, à savoir 65 à 70 % dans les muscles et 20 % dans les os. Le reste se trouve réparti dans la majorité des autres organes.

Le zinc a un rôle central dans l’organisme. Il régule la majorité des mécanismes cellulaires et intervient dans la reproduction. Il est aussi actif contre un certain nombre de pathologies notamment neurologiques. Les scientifiques estiment qu’il participe à 300 processus enzymatiques.

Historique

L’histoire du zinc est très incomplète, car il a longtemps été considéré comme sans importance pour la santé. Ce n’est que dans les années 1920 que des scientifiques remarquent que l’oligo-élément est essentiel à la croissance des animaux d’élevage. Cependant, il faut attendre les années 1960 pour que des chercheurs s’intéressent à l’éventuelle importance du zinc dans l’organisme humain. Ils comprennent alors qu’il joue un rôle très important et se mettent à l’étudier. Aujourd’hui encore, les scientifiques ne sont pas parvenus à un accord global sur le dosage du zinc.

Rôles au sein de l'organisme

Le zinc est essentiel à plusieurs centaines de processus enzymatiques. Il a donc de multiples rôles sur la majorité des fonctions de l’organisme.

  • Il a une action antioxydante, car il participe à la structure du superoxyde dismutase.
  • Il intervient dans le métabolisme des graisses et des protéines.
  • Il contribue à la santé de la peau et des cheveux.
  • L'oligo-élément intervient dans la production des prostaglandines à partir des acides gras polyinsaturés.
  • Il participe à l’efficacité du système immunitaire.
  • Il intervient dans les sens du goût et de l’odorat.
  • Le zinc stabilise certaines hormones comme l’insuline, la gustine et la thymuline.
  • Il participe à l’harmonie de la croissance.

Carences et surdosages

Comme tous les nutriments essentiels, le zinc doit être absorbé à un dosage correct. S’il y a très peu de chance d’avoir un surdosage à partir de l’alimentation, c’est différent avec des compléments. En déficit ou en trop forte dose, il entraîne des effets secondaires sur l’organisme. Panorama.

Carence en zinc

Symptômes

Si elle est relativement rare dans les pays occidentaux, le déficit, quant à lui, affecterait environ 75 % des seniors. Cependant, les femmes de manière générale, les adolescents et les femmes enceintes sont particulièrement impactés par ce genre de déficit.

Elle provoque notamment :

  • vulnérabilité de l’immunité,
  • chute de cheveux,
  • lésions cutanées,
  • troubles de la vision, de l’odorat ou du goût,
  • oligospermie,
  • retard de croissance,
  • hypotrophie fœtale.

Quels sont les facteurs?

Certaines habitudes ou circonstances de vie sont favorables à la carence en zinc. Les personnes âgées ou les personnes dénutries en sont les principales victimes. Cependant, en raison de la pauvreté des sols, la majorité des populations peuvent être touchées par des déficits.

Les habitudes alimentaires sont également pointées du doigt. En effet, les régimes végétariens ou végétaliens ne permettent pas un apport suffisant dans l’oligo-élément. De plus, les personnes souffrant de certaines maladies intestinales ou ayant subi une ablation d’une partie de l’estomac en raison d’une chirurgie de l’obésité sont également concernées1.

Les femmes enceintes constituent également une population à risque. De fait, leur état nécessite un apport majoré. De plus, si elles contractent une infection, même un banal rhume, le zinc de leur organisme diminue. Elles se retrouvent donc facilement en déficit.

Les personnes qui sont diabétiques ou qui souffrent d’un problème rénal courent également davantage de risques d’être déficitaires. Il en va de même pour les personnes alcooliques2 ou celles qui souffrent du VIH.

Par ailleurs, certaines molécules favorisent l’apparition d’une carence :

  • anti-convulsivants,
  • anti-acides,
  • vasodilatateurs,
  • agents chélateurs,
  • diurétiques (notamment les thiazidiques),
  • contraceptifs oraux,
  • traitement hormonal de substitution.

Le surdosage

Tout comme la carence, il peut être délétère pour l’organisme. Parmi les effets de l’excès de zinc, les plus notables sont :

  • dérèglement du système immunitaire,
  • diminution du cholestérol HDL,
  • augmentation du stress oxydatif.

Des études ont même révélé qu’une supplémentation sur une longue période pouvait entraîner des troubles génitaux urinaires sérieux3.

Les apports journaliers recommandés

Les apports nutritionnels4 sont variables suivants la source du zinc.

Population Référence nutritionnelle en mg/jour
Enfant de 1 à 3 ans 8
Enfants de 4 à 9 ans 11
Adolescentes de 10 à 12 ans 13
Adolescents de 10 à 12 ans 14
Adolescentes de 13 à 19 ans 11
Adolescents de 13 à 19 ans 14
Femmes 7.5 (alimentation animale)
Femmes 11 (alimentation végétale)
Hommes 9.4 (alimentation animale)
Hommes 14 (alimentation végétale)
Femmes enceintes 16
Femmes allaitantes 23

Bienfaits

Même s’il fait partie des derniers venus dans la nutrithérapie, le zinc a de nombreuses vertus et bienfaits sur l’organisme. Découverte.

Restauration des défenses immunitaires

Malgré la défiance actuelle du corps médical sur la complémentation en zinc dans le cadre de la protection des maladies virales, une revue systématique a publié en 2011 des résultats très positifs. En effet, la revue arrivait à la conclusion que le zinc, administré tôt dans la pathologie, réduisait la gravité et la durée du rhume5. Par ailleurs, prescrit à titre préventif, il semblait réduire l’incidence du rhume sur les enfants. Cependant, la diversité de méthodologies n’a pas permis de conclure à une posologie précise.

Selon leurs observations, ce sont le gluconate et l’acétate de zinc qui sont les plus efficaces. Une attention doit également être portée aux édulcorants en favorisant le dextrose, le sucrose ou le mannitol afin de ne pas annihiler l’effet du zinc.

En cas de correction d'un déficit, le zinc permet également de retrouver des taux satisfaisants de globules blancs actifs dans les défenses immunitaires. Cela concerne particulièrement, mais pas uniquement, les macrophages, les neutrophiles et les lymphocytes6.

Amélioration de la fertilité masculine

Les carences nutritionnelles nuisent à la fertilité masculine. Des études ont mis en lumière l’impact négatif de la carence en zinc sur la fertilité masculine. En effet, en cas de déficit léger, mais chronique en zinc, la fertilité est affectée par des anomalies chromosomiques chez le fœtus, de l’hypogonadisme ou une réduction de la spermatogenèse.

Une complémentation au long cours chez les hommes a permis d’augmenter la libido, la mobilité des spermatozoïdes et le nombre de grossesses menées à terme. Cependant, les scientifiques s’accordent à dire que cela n’est valable qu’en cas de correction d’un déficit7.

Prévention cardio-vasculaire

En ce qui concerne la protection cardio-vasculaire, les données actuellement disponibles font état de résultats contrastés.

L’étude AREDS8, datée de 2004, indique que la complémentation en zinc peut réduire le nombre de décès attribuable à des causes cardio-vasculaires. Elle a longtemps fait office de référence dans le domaine, mais semble aujourd’hui mise à l’épreuve.

En effet, l’étude SU.VI.MAX9,10 semble indiquer que la complémentation en zinc n’a aucun effet sur l’incidence des troubles cardio-vasculaires dans la population. Pire, elle semble indiquer qu’une complémentation massive et prolongée pourrait avoir des effets délétères, notamment chez les fumeurs.

En conclusion, les experts estiment qu'une complémentation en zinc est bénéfique pour corriger une carence, mais ne doit pas être utilisée à forte dose en prise prolongée.

Réduction de l’acné

Les vertus du zinc ne s'arrêtent pas là.

Au cours des années 70 et 80, des études ont indiqué une corrélation positive entre la complémentation en zinc et le nombre de lésions dues à l’acné11,12,13‌‌,14,15,16,17‌‌. En raison de l’ancienneté de l’étude, de nouveaux essais ont été menés. Ils ont corroboré ces conclusions avec une réduction importante du nombre de lésions18. Néanmoins, la minocycline (l’antibiotique le plus prescrit dans ce cadre) arrive toujours à des résultats supérieurs.

Amélioration de l’état des personnes séropositives

De plus en plus de voix s’élèvent pour souligner l’impact de l’hygiène de vie dans la progression du VIH chez les personnes séropositives. Une étude a permis de démontrer qu’une supplémentation en zinc (à faible dose) pouvait avoir un effet bénéfique19.

Ceci n’a rien de surprenant puisque plus de la moitié des personnes séropositives sont déficitaire dans cet oligo-élément. Réalisée sur le long cours, cette étude a démontré une amélioration significative dans le groupe supplémenté. Les chercheurs recommandent donc la supplémentation en zinc en adjonction avec les traitements antiviraux classiques20.

Diminution du stress oxydatif

Le stress oxydatif est un des facteurs du vieillissement cellulaire. En tant qu’antioxydant, le zinc a été étudié pour réduire cet effet. Les résultats des études menées démontrent que l’oligo-élément n’a pas d’effet sur le court ou le moyen terme, mais possède un impact positif sur le long terme (1 an minimum)21.

Ralentissement de l’apparition des DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de cécité chez les personnes âgées. Elle est liée au vieillissement des yeux, et singulièrement de la rétine. Des scientifiques se sont intéressés à l’utilisation des antioxydants pour éviter l’apparition de la maladie ou en limiter la progression.

L’étude AREDS 1 a démontré qu’un mélange d’antioxydants composés de zinc, de bêta-carotène et de vitamines C et E permettait de freiner l’évolution de la maladie et de préserver l’acuité visuelle22. L’étude AERDS 2 a confirmé ces observations23

D’autres observations ont permis d’établir que le zinc seul n’empêche pas l’apparition de la maladie, mais en limite son évolution24. Par ailleurs, il ne permet pas de préserver toute l’acuité visuelle25.

Les différentes formes

En complément alimentaire, le zinc est disponible sous forme de gélules, comprimés et sous forme liquide.

Dosage

Posologie

De manière générale, il est commandé de ne pas dépasser la dose journalière recommandée. En tout état de cause, le dosage sécuritaire maximal du zinc a été fixé à 15 mg par jour. Des recommandations ont toutefois été émises dans le cadre de deux utilisations particulières :

  • Pour un rhume, bien que la communauté scientifique ne soit pas unanime, la recommandation est d’une pastille (de 13 mg de zinc) toutes les deux heures pendant maximum une semaine. En prévention, la dose de 15 mg par jour est nettement suffisante.
  • Pour l’acné, la posologie préconisée est de 30 mg par jour.

Usage

Afin d’être correctement absorbé par l’organisme, l'utilisation du zinc doit être réglementée. Il ne doit pas être consommé en concomitance avec des aliments riches en :

  • calcium,
  • cuivre,
  • fer,
  • phytates.

Son assimilation est optimale lorsqu’il est pris à jeun.

Précautions et danger

Précautions d’emploi

À dose thérapeutique, il ne présente pas de précaution particulière. Il est cependant déconseillé aux enfants et aux femmes enceintes (sans avis médical).

Contre-indications

Les contre-indications du zinc sont les suivantes:

  • Une complémentation doit être évitée chez les personnes souffrant d’une infection bactérienne.
  • Elle est également contre-indiquée pour les personnes prenant un diurétique d’épargne potassique.

Effets secondaires

À dose thérapeutique, le zinc ne présente pas d’effets secondaires. Cependant, à fortes doses, il peut provoquer :

  • troubles digestifs,
  • nausées,
  • vomissements,
  • céphalées.

Interactions

Le zinc comporte de nombreuses interactions :

  • fer,
  • cuivre,
  • calcium,
  • cyclines,
  • fluoroquinones,
  • strontium,
  • antiacide,
  • anti-convulsants,
  • vasodilatateurs,
  • hormones féminines,
  • thiazidiques,
  • pénicillamine.

Sources alimentaires

Il existe de nombreuses sources alimentaires de zinc. Retrouvez l'ensemble des informations au sein de l'article:

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur le zinc:

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le zinc?

Le zinc est un oligo-élément. Il est essentiel au bon fonctionnement de l'organisme. Il contribue à de nombreuses réactions enzymatiques.

Pourquoi se supplémenter en zinc?

- Stimulation des défenses immunitaires
- Protection cardiovasculaire
- Ralentissement de la progression du VIH
- Amélioration de la fertilité masculine
- Prévention de la DMLA
- Traitement de l'acné
- Propriétés antioxydantes

Quelles sont les mises en garde?

Le zinc est contre-indiqué pour les personnes présentant une infection bactérienne ou prenant un diurétique d'épargne potassique.


  • 1C. Poitou & al. Carences nutritionnelles après by-pass gastrique : diagnostic, prévention et traitements. CND. 2007 ; 42 (3) : 153-165.
  • 2B. Campillo. Les problèmes nutritionnels chez l’alcoolique chronique. CND. 2000 ;35 (2) : 93-98.
  • 3The Age-Related Eye Disease Study 2 (AREDS2) Research Group. Lutein + zeaxanthin and omega-3 fatty acids for age-related macular degeneration: the Age-Related Eye Disease Study 2 (AREDS2) randomized clinical trial. JAMA. 2013; 309: 2005-15.
  • 4A. Martin et al. Apports nutritionnels conseillés pour la population française. Ed Lavoisier, Tec & Doc. 2001.
  • 5Zinc for the common cold. Singh M, Das RR. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Feb 16;2:CD001364.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21328251
  • 6ES. Wintergerst & al. Contribution of selected vitamins and trace elements to immune function. Ann Nutr Metab. 2007; 51: 301-23.
  • 7Pr Rachel Lévy. Effets de la nutrition sur les gamètes du père et le développement de l’enfant. Conférence dans le cadre du colloque : « Déterminants précoces de la santé future de l’enfant : alimentation et épigénétique » du Fonds Français Alimentation Santé. Octobre 2011.
  • 8Clemons TE, Kurinij N, Sperduto RD; AREDS Research Group. Associations of mortality with ocular disorders and an intervention of high-dose antioxidants and zinc in the Age-Related Eye Disease Study: AREDS Report No. 13. Arch Ophthalmol. 2004 May;122(5):716-26.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=pubmed&dopt=Abstract&list_uids=15136320
  • 9S. Hercberg & al. The SU.VI.MAX study. A randomized, placebo-controlled trial of the health effects of antioxidant vitamins and minerals. Arch Intern Med. 2004 ; 164 : 1-8.
  • 10S. Hercberg & al. Antioxidant vitamins and minerals in prevention of cancers: lessons from the SU.VI.MAX study. Br J Nutr. 2006 ; 96 Suppl 1:S28-30.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16923246
  • 11Michaëlsson G, Juhlin L, Vahlquist A. Effects of oral zinc and vitamin A in acne. Arch Dermatol 1977; 113: 31-6.
  • 12Hillström L, Pettersson L, et al. Comparison of oral treatment with zinc sulphate and placebo in inflammatory acne. Br J Dermatol 1977; 97: 679-84.
  • 13Weismann K, Wadskov S, Sondergaard J. Oral zinc sulphate therapy for acne vulgaris. Acta Derm Venereol 1977;57:357-60.
  • 14Göransson K, Liden S, Odsell I. Oral zinc in acne vulgaris: a clinical and methodological study. Acta Dermato Vener (Stockholm), 1978; 58: 443-8
  • 15Verma KC, Saini AS, Dhamija SK. Oral zinc sulphate therapy in acute vulgaris: a double-blind trial. Acta Dermato Vener (Stockholm), 1980; 60: 337-40.
  • 16Orris L, Shalita AR, et al. Oral zinc therapy of acne. Absorption and clinical effect. Arch Dermatol 1978;114:1018-20.
  • 17Dreno B, Amblard P, et al. Low doses of zinc gluconate for inflammatory acne. Acta Derm Venereol 1989;69:541-3.
  • 18Dreno B, Moyse D, et al; Acne Research and Study Group. Multicenter randomized comparative double-blind controlled clinical trial of the safety and efficacy of zinc gluconate versus minocycline hydrochloride in the treatment of inflammatory acne vulgaris.Dermatology. 2001;203(2):135-40.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=11586012&dopt=Abstract
  • 19Baum MK, Lai S, Sales S, Page JB, Campa A. Randomized, controlled clinical trial of zinc supplementation to prevent immunological failure in HIV-infected adults. Clin Infect Dis. 2010 Jun 15;50(12):1653-60
  • 20Mehta S, Fawzi WW. Micronutrient supplementation as adjunct treatment for HIV-infected patients. Clin Infect Dis. 2010 Jun 15;50(12):1661-3
  • 21Prasad AS, Beck FW, et al. Zinc supplementation decreases incidence of infections in the elderly: effect of zinc on generation of cytokines and oxidative stress. Am J Clin Nutr. 2007 Mar;85(3):837-44🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17344507?ordinalpos=133&itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_DefaultReportPanel.Pubmed_RVDocSum
  • 22EW. Chong & al. Dietary antioxidants and primary prevention of age related macular degeneration: systematic review and meta-analysis. BMJ. 2007; 335: 755.
  • 23The Age-Related Eye Disease Study 2 (AREDS2) Research Group. Lutein + zeaxanthin and omega-3 fatty acids for age-related macular degeneration: the Age-Related Eye Disease Study 2 (AREDS2) randomized clinical trial. JAMA. 2013; 309: 2005-15.
  • 24JR. Evans. Antioxidant vitamin and mineral supplements for slowing the progression of age-related macular degeneration. Cochrane Database Syst Rev. 2006; (2): CD000254.
  • 25M. Stur & al. Oral zinc and the second eye in age-related macular degeneration. Invest Ophthalmol Vis Sci. 1996; 37: 1225-35.
Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée. Naturopathe certifiée et spécialiste en techniques de santé naturelle.