Gelée royale: bienfaits et vertus

-

Selon les souverains antiques chinois, la gelée royale aurait le pouvoir d’accroître la longévité et l’activité sexuelle.
Egalement appelée « lait des abeilles », cette substance blanchâtre, gélatineuse sécrétée par les glandes hypopharyngées des abeilles nourricières, n'est devenue populaire que depuis 70 ans.

Présentation

Gelée royale : substance blanchâtre aux nombreux bienfaits et vertus médicinales.

Si la reine et les ouvrières sont issues des mêmes œufs et possèdent les mêmes gènes, la différence essentielle de leur devenir repose sur la nourriture.
En effet, la gelée royale, produit de la ruche, est l’alimentation exclusive de la reine. Tandis que les larves n’en reçoivent que les 3 premiers jours de vie. Ensuite miel et pollen prennent le relais.

De cette différence d’élevage découle une distinction nette entre reine et abeille :

  • la reine, nourrie uniquement à la gelée royale, se développe plus rapidement qu’une abeille ouvrière et présente une plus grande taille ;
  • elle vivra 3 à 5 ans contre quelques semaines pour l’ouvrière ;
  • seule la reine développe des organes reproducteurs et pondra 2000 œufs par jour, tandis que l’abeille ne pondra qu’exceptionnellement.

Les bienfaits de la gelée royale sur la longévité et l’activité sexuelle se basent initialement sur ces observations.

Propriétés

Les propriétés et bienfaits de la gelée royale reposent sur la complexité de sa composition nutritionnelle avec des composants bioactifs qui lui sont spécifiques: protéines et peptides, acides gras et acides phénoliques, antioxydants.

En particulier, sa composition en protéines de 12 % dont 80 – 90% de Major Royal Jelly Proteins (MRJP)1.
Les MRJP sont des protéines spécifiques de la gelée royale qui possèdent de nombreuses propriétés.
Ainsi, elles participeraient au développement des larves. Elles sont retrouvées dans leur structure cérébrale impliquées dans la mémoire et l’apprentissage. Elles sont également anti-infectieuses et immuno-modulatrices2.

Tandis que les jellines et royalisines sont des peptides uniques à la gelée royale. Elles possèdent des activités biologiques responsables d’une augmentation des défenses immunitaires.

Alors que la 10-HDA, un acide gras spécifique de la gelée royale, est présentée comme anti-cancérigène.

Longévité

Les expériences réalisées avec la gelée royale sur la longévité montrent effectivement une amélioration de la durée et de la qualité de vie.
Elles ont été réalisées sur plusieurs espèces animales ainsi que sur des cellules humaines.

Ces améliorations sont le fait de la composition nutritionnelle de la gelée royale.
Les Major Royal Jelly et ses dérivés jellines et royalisines régulent la prolifération cellulaire, la suppression des cytokines pro-inflammatoires et l’activité anti-bactérienne°‌.

L’étude de Xin XX3 sur la drosophile montre que la supplémentation de leur alimentation à hauteur de 2.5% de gelée royale fait progresser tant les activités physiologiques que biologiques. Par son action sur l’alimentation, la fécondité, la capacité antioxydante, les protéines de la gelée royale jouent un rôle essentiel sur la longévité.

Chez la souris, une dose de 150 mg / jour de gelée royale augmente sa durée de vie. Tandis qu’une dose de 75 mg / jour est sans effet, au-delà de 300 mg des effets secondaires sont rencontrés avec diminution de la durée de vie4.

Si ce rôle fonctionnel est attribué aux MRJ, reste à savoir si elles sont également efficaces sur les cellules humaines.
Or les résultats obtenus par l’équipe de Jiang CM5 confirment l’activité anti-sénescence sur les cellules humaines.

Autre facteur limitant la longévité: l’inflammation chronique. Elle est une cause majeure de maladie et de perte de fonctionnalité organique.
Ainsi l’acide gras 10-HDA a été identifié comme anti-inflammatoire au niveau des fibroblastes. Par ailleurs, il contribue à protéger et régénérer la peau suite aux dommages des ultra-violets6.
Le 10-HDA réduit également les conséquences de l’arthrite rhumatoïde par un effet inhibiteur des enzymes détruisant les fibroblastes7.

Enfin, les hormones jouent aussi un rôle pivot pour augmenter la durée de vie en bonne santé. Elles harmonisent le fonctionnement des milliards de cellules, régulent leur métabolisme et leur croissance.

Il en est ainsi pour l’insuline dont la stimulation de la sécrétion et de l’activité de ses récepteurs contribuent au développement de cancers°‌. Alors que son excrétion favorise la résistance des cellules au stress, contrôle l’inflammation, permet une réparation de l’ADN… et in fine augmente la longévité.

Or la gelée royale se montre insulin-like8. Elle mime l’activité de l’insuline et régule sa sécrétion et celle de ses récepteurs.
Ainsi la prise de 5 g de gelée royale par de jeunes sportifs diminue leur insulinémie9.

Immunité

Les effets antibactériens de la gelée royale sont principalement dus aux MRJP. Elles se lient à la paroi cellulaire des bactéries entraînant des dommages structurels.
C'st pourquoi, son spectre anti-bactérien est large et s’exerce aussi sur les champignons et les levures10.

Les royalisines et les jellisines exercent également une action anti-bactérienne envers les gram+ et gram-, et anti-fongique contre le Botrytis cinerea et le Candida albicans respectivement°‌.
Enfin, la gelée royale est capable de combattre les virus de l’herpès et certains rhabdovirus°‌.

Maladies auto-immunes

Les troubles de l’immuno-modulation conduisent à des réponses immunitaires inadaptées. Il en résulte des problèmes d’allergie, d’inflammation ou encore le cancer par activation de la synthèse des anticorps ou inhibition de l’activité des globules blancs.

Lorsqu'il s'agit de maladies auto-immunes telles que le lupus érythémateux, la prise de 2 g / jour de gelée royale fraîche entraîne une nette augmentation des CD4 et CD8 après 3 mois de traitement°‌.
Cependant, cette étude a été réalisée sur un faible échantillon de 20 enfants et nécessite des études complémentaires.

Cancer

Dans le cas du cancer du sein, des souris recevant de la gelée royale en traitement prophylactique11 ont présenté une diminution de la taille significative de leurs tumeurs avec une élévation de leur capacité anti-oxydante. Elle s’accompagne également d’une baisse de certaines interleukines (IL-4 et IL-10).

Aussi, les résultats obtenus suggèrent que ce sont ses propriétés immuno-modulatrices et antioxydantes qui exercent un rôle anti-tumoral.
Tandis que la gelée royale administrée en tant que traitement ne montre pas d’efficacité.

Le 10-HDA, substance lipidique de la gelée royale avait déjà montré il y a plus de 60 ans son action bénéfique envers les ascites tumorales et les leucémies12.
Dans une étude in vitro sur des cellules cancéreuses issues du côlon, la gelée royale exerce une action anti-proliférative avec un effet bactéricide et anti-inflammatoire13.

Mais suite à des résultats contradictoires, des analyses complémentaires sont encore nécessaires.

Concernant les effets secondaires de la chimiothérapie qui a pour objectif d’entraîner l’apoptose des cellules malignes et d'en réduire la prolifération.
Malheureusement, les cellules saines sont également touchées.
Aussi, des explorations sur des modèles animaux se sont intéressées à l’efficacité de la gelée royale contre les effets secondaires de la chimiothérapie.

Ainsi l’administration de gelée royale aide à réduire le développement d’une fibrose pulmonaire induite par la bleomycine14.
De même, la gelée royale protégerait les reins et de le foie de la toxicité de certaines chimiothérapies15.
Selon les auteurs, cette activité protectrice serait due à uneactivité anti-apoptose, antioxydante de la gelée royale.

D’autre part, l’impact négatif de la bleomycine sur la motilité, la viabilité et le nombre de spermatozoïdes est réduit par l’absorption concomitante de gelée royale16. Ces propriétés antioxydantes sont mises encore en avant pour expliquer son action protectrice.
Quant à l’apoptose des cellules saines induite par la chimiothérapie, l’adjonction de gelée royale permet de réduire cet effet toxique17.

Les traitements anti-cancer sont également responsables de fatigue.
L’administration de 5 ml de gelée royale 2 fois par jour pendant 4 semaines a significativement amélioré fatigue et performance comparativement à la prise de miel18.

Activité cérébrale

La gelée royale contient une quantité notoire d’acétylcholine19. Ce neurotransmetteur est essentiel dans la transmission de l’influx nerveux. Il  joue donc un rôle majeur dans la cognition et la mémorisation.

Lorsque la gelée royale est donnée à des abeilles ouvrières, elles acquièrent les caractéristiques de la reine20. Elles possèdent une meilleure mémoire, augmentent leur durée de vie. Il est alors observé une augmentation de leur taux d’acétylcholine et d’hormone de croissance21.

D'autre part, la prise d’un supplément composé de 750 mg de gelée royale lyophilisée, de gingko biloba et de ginseng améliore les scores au MMS (Mini Mental State) après 1 mois22.

Activité sexuelle

La sécrétion d’hormones sexuelles diminue avec l’âge.
Par ailleurs, elles sont considérées comme marqueurs de longévité en raison de leur effet neuro-protecteur, leur capacité à améliorer l’insulino-résistance et la réparation de l’ADN23.

Or chez l’abeille, le ver à soie ou la drosophile, il a été clairement montré que la gelée royale et la royalactine stimulent le système endocrinien, la fertilité et la ponte°.

Chez l’humain, Morita H. a conduit une étude24 auprès de sujets âgés entre 42 et 83 ans. Ces derniers ont consommé 300 mg de gelée royale/ jour durant 6 mois.
A l’issue de ces 6 mois, l’érythropoïèse, l’insulino-sensibilité, la santé mentale étaient significativement améliorées par rapport au groupe contrôle.

Ces résultats sont attribués à l’effet anabolisant de la testostérone dont la conversion du DHEAs en testostérone a été accélérée.

Ménopause

La ménopause est souvent associée à une baisse de l’humeur, une perte de mémoire, une fragilisation des os.

Les études chez l’animal indiquent une augmentation de la solidité de l’os suite à la prise de gelée royale tout en prévenant la perte osseuse‌. Le maintien du métabolisme osseux serait le fait d’une action oestrogen-like, d’une stimulation de la synthèse de procollagène par la gelée royale et de l’assimilation du calcium.

Chez la femme ménopausée, 800 mg de gelée royale/jour diminue les douleurs du dos et l’anxiété25 ; 150 mg / jour améliore le profil lipidique avec une élévation du HDL-c après 3 mois de supplémentation26.
Or, l’hypercholestérolimie est un facteur favorisant l’agrégation des plaques béta-amyloïdes causant une perte de fonction neuronale.

Diabète

Après consommation de 1 g/ jour de gelée royale pendant 8 semaines par des diabétiques, le taux d’hémoglobine glyquée et la glycémie ont diminué tandis que la concentration sanguine de l’insuline a augmenté27. L’activité insulin-like de la gelée royale serait à l’origine de l’amélioration de ces paramètres sanguins.

Composition nutritionnelle

La gelée royale étant d’origine naturelle, sa composition varie selon l’environnement, la saison, les abeilles… Cependant, la proportion de ses nutriments reste stable28.

  • Eau : ~ 65 % constituant majeur de la gelée royale
  • Glucides : 10 à 20 % dont 90% de fructose glucose. Les autres sucres présents à moins de 1,5% sont : galactose, mannitol, maltose, maltulose, turanose, tréhalose, palatinose, isomaltose, gentiobiose, melezitose, erlose, maltotriose
  • Protéines : 11 à 15% dont des protéines spécifiques à la gelée royale : Major Royal Jelly Proteins (MRJP) qui représentent 48% des protéines, royalisine et les jelleines.
  • Lipides : 3 à 5% dont 2 à 3% d’acide 10-hydroxy-2-décénoïque (10H2DA)
  • Vitamines : les vitamines hydrosolubles du groupe B seulement sont présentes en quantité infime. Les vitamines A, E, K, D sont absentes, la vitamine C à l’état de trace.
  • Minéraux : 0,8 à 3% avec principalement potassium, calcium, sodium, magnésium, zinc, fer, cuivre et manganèse.

Les différentes formes et utilisation

Bien que consommée à faible dose, la gelée royale fraîche présente une saveur intense difficilement acceptable.
Aussi différentes formes ont été développées telles qu’ampoules et gélules.

En équivalence, 100 mg de gelée royale sèche correspond à 300 mg de gelée royale fraîche.

Le label GPGR

Un label de garantie d’origine et de qualité, le GPGR (Groupement des Producteurs de Gelée Royale) a été développé pour protéger la gelée royale d’origine française vis-à-vis de son homologue chinoise produite parfois sans réglementation.

Le label GPGR assure une gelée royale d’origine française, de haute qualité, tracée. Il existe également de la gelée royale bio.

Comment la conserver ?

La forme fraîche se conserve au frais.

Quand utiliser la gelée royale?

La meilleure période pour suivre une cure de gelée royale se situe en automne afin de prévenir la fatigue et la baisse des défenses immunitaires.
Ensuite, la gelée royale peut se prendre, à tout moment de l’année, selon l’objectif poursuivi : adjuvant d’une chimiothérapie, activité cérébrale ou sexuelle, préservation de la forme et de la santé, ménopause…

Plusieurs cures par an peuvent être entreprises. Elles durent 1 mois à 6 mois suivant l'objectif thérapeutique.

Posologie

  • Gelée royale fraîche : 1 g / j en la laissant fondre sous la langue
  • En cas de grande fatigue : 1,2 g / j
  • Gélules : 3 / jour
  • Ampoule : 1 / jour

A prendre le matin à jeûne durant 4 à 6 semaines.

Afin d’éviter tout effet secondaire, il est préférable de commencer une cure avec des doses réduites de 300 à 700 mg afin de repérer rapidement des signes d'allergie : eczéma, nez qui coule, yeux qui piquent, démangeaisons, urticaire ou crise d'asthme.

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur la gelée royale :

Questions fréquentes

Qu'est-ce que la gelée royale?

La gelée royale ou "lait des abeilles" est une substance gélatineuse sécrétée par les glandes hypopharyngées des abeilles nourricières. La gelée royale est l’alimentation exclusive de la reine.

Que contient la gelée royale?

- 65% d'eau
- 10 à 20% de glucides
- 11 à 15% de protéines
- des lipides, des vitamines et des minéraux

Pourquoi en prendre?

- Allongement de l'espérance de vie
- Activité anti-bactérienne
- Soulagement des symptômes de certaines maladies auto-immunes
- Participe à la lutte contre le cancer
- Augmentation des performances cognitives
- Stimulation de la libido
- Régulation de la glycémie
- Traitement de la ménopause


Bénédicte Moulin

Naturopathe et Nutritionniste. Titulaire d'un DESS de Nutrition. Naturopathe agréé FENA depuis 2015. Spécialisée en diététique, phytothérapie et compléments alimentaires.