L-Sérine : définition, bienfaits, et dosage

-

La L-sérine est un acide aminé non essentiel protéinogène, il est synthétisé par le corps. Elle est nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme. Elle permet la synthèse de nombreux éléments chimiques. Elle est particulièrement importante pour la synthèse musculaire. Les études scientifiques récentes apportent un éclairage sur ses possibles bienfaits, dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Présentation

Molécule de l-sérine.

La L-sérine est l'un des 22 acides aminés protéinogènes. C'est un acide aminé non essentiel chez l'être humain, car il est synthétisé par l’organisme. Elle joue un rôle majeur dans le fonctionnement de nombreuses protéines. Elle est nécessaire au métabolisme des graisses, des acides gras et des membranes cellulaires, à la croissance musculaire et à un système immunitaire sain.

Elle est un précurseur d’autres acides aminés. La glycine, la cystéine et le tryptophane peuvent être fabriqués à partir de cet acide aminé. Elle joue également un rôle majeur dans les voies de biosynthèse de la pyrimidine, de la purine, de la créatine et de la porphyrine.

Bien qu'elle soit synthétisée en quantité suffisante par le corps humain : elle est aussi largement présente et disponible dans les protéines alimentaires. Aucune étude scientifique ne démontre une possible carence en cet acide aminé.

La D-Sérine est synthétisée à partir de cet acide aminé, elle sert de signal neuronal en activant le récepteur NMDA dans le cerveau 1.

Elle est utilisée en médecine conventionnelle principalement dans la nutrition parentérale 2, dans les mélanges nutritifs de micronutriments et de macronutriments que l’on introduit dans la circulation sanguine. par perfusion intraveineuse.

Elle entre dans la composition des complexes d’acides aminés pour les traitements de la maladie du sirop d’érable (MSUD), qui excluent les acides aminés à chaîne ramifiée (l’isoleucine, la leucine et la valine).

Les carences en fer peuvent être corrélées à son métabolisme.

Plusieurs essais cliniques sont actuellement en cours, deux d’entre eux visent à déterminer sa tolérance et son efficacité, chez les patients atteints de sclérose latérale amyotrophique et chez les patients atteints d'encéphalopathie liée à GRIN. Un troisième doit permettre de connaître l’efficacité d’une supplémentation, pour traiter la maladie d’Alzheimer.

En complément alimentaire, elle est souvent associée à d’autres acides aminés.

Aucun essai randomisé sur la L-sérine isolée n’a été mené à ce jour pour connaître son efficacité sur le développement musculaire ou la diminution de masse grasse.

Propriétés et vertus

Sclérose latérale amyotrophique

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est un trouble de la neurodégénérescence chez l'adulte, qui se manifeste par la destruction des motoneurones supérieurs et inférieurs. La bêta-N-méthylamino-L-alanine (L-BMAA), un acide aminé non présent dans les protéines, induit un complexe de démence SLA/Parkinsonisme, qui présente des symptômes analogues à ceux de la maladie d'Alzheimer.

Le mécanisme exact du transport de cet acide aminé n'est pas connu dans la SLA. Les données suggèrent que l'altération pathologique des captures de D- et L-sérine dans la SLA est entraînée par le changement d'affinité du système de capture 3.

Elle supprime l'incorporation erronée de L-BMAA dans les protéines du système nerveux humain. Dans cette étude, l'angiopoïétine-1, un facteur de croissance endothélial crucial pour le développement vasculaire et l'angiogenèse, et le peptide de liaison à l'intégrine vβ3 C16, qui inhibe l'infiltration des cellules inflammatoires, ont été utilisés pour améliorer le microenvironnement local au sein du système nerveux central d'une SLA/PDC. Il est apparu que l'angiopoïétine-1 C16+ pourrait présenter des bienfaits et des effets bénéfiques, en tant que complément, pour favoriser les effets du traitement à la L-sérine 4.

Des études cas-témoins indiquent que vivre à proximité de plans d'eau avec des proliférations de cyanobactéries augmente le risque de développer une sclérose latérale amyotrophique (SLA). Il a été établi que l'exposition résidentielle aux polluants environnementaux peut jouer un rôle important dans l'étiologie de la SLA.

La L-sérine, à des doses allant jusqu'à 15 g deux fois par jour, pourrait ralentir la progression de la maladie et cela sans danger chez les patients atteints de SLA 5 6

Anti-inflammatoire

Une étude de 2019 a montré qu'il est possible de moduler les niveaux de cytokine IL-1ß, un marqueur de l’inflammation impliqué dans le développement du cancer, des maladies cardiovasculaires et d’Alzheimer, grâce à la l-sérine. Lorsque les cellules macrophages en sont privées, leurs niveaux de glutathion (un antioxydant) diminuent, ce qui diminue ensuite les niveaux de cytokine IL-1ß 7 8.

Douleur

Une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, menée avec 120 participants pendant 8 semaines, à été menée pour évaluer l’effet de la l-sérine et de l’EPA administrés conjointement, sur la lombalgie et l'arthrose du genou.

La préparation s’est avérée efficace pour soulager la douleur chez les adultes souffrant de douleurs lombaires et du genou 9.

Cognition

La D-sérine joue un rôle crucial dans la cognition, y compris dans les processus d'apprentissage et de la mémoire. Une diminution des taux a été associée à un déclin lié à l'âge.

Une étude a été menée afin d’évaluer si elle améliore la cognition chez les personnes âgées. Les résultats ont été concluants.

Son administration peut être intéressante pour améliorer la mémoire spatiale, l'apprentissage et la résolution de problèmes chez les personnes âgées en bonne santé 10.

Alzheimer

C’est en tant que précurseur de la D-sérine, qu’elle intervient dans le processus cérébral. Les astrocytes captent le glucose, avant de le transformer en différents métabolites dont cet acide aminé. Elle joue un rôle essentiel dans l'apprentissage et la mémorisation.

Des souris alimentées avec une nourriture enrichie en L-Sérine, pendant deux mois, ont passé avec succès le test de la mémoire spatiale, auxquelles elles échouaient en absence de traitement.

Psychose

Le taux plasmatique de sérine est anormalement élevé chez les personnes souffrant de psychoses.

Dans une étude, des sujets psychotiques et non psychotiques en ont ingéré (4 mM/kg) au petit-déjeuner. Les taux plasmatiques de sérine, 2 heures après son ingestion, étaient significativement plus élevés chez les non psychotiques11.

Chez des souris, une réduction de son taux dans le cerveau a provoqué des anomalies comportementales liées à la schizophrénie chez les adultes. Son administration chronique a significativement empêché l'apparition de déficits12.

Chez l’humain, l'entraînement cognitif, guidé par les neurosciences, induit une amélioration significative de la cognition chez les sujets atteints de schizophrénie.

Dans une étude, l'augmentation de la D-sérine était positivement corrélée avec des améliorations de la cognition globale et de l'apprentissage verbal13.

Principes actifs

Elle est un précurseur de nombreux éléments :

  • La D-sérine
  • La glycine
  • La cystéine
  • Le tryptophane
  • La pyrimidine
  • La purine
  • La créatine
  • La porphyrine

Différentes formes

En complément alimentaire, elle est disponible en gélules ou en poudre.

Posologie

La dose recommandée est de 500 à 3000 mg par jour pour un adulte en bonne santé.

  • Sclérose Latérale Amyotrophique : 15 à 30 g par jour
  • Lombalgie et arthrose : 594 mg de l-sérine et 149 mg d'EPA pendant 8 semaines

Précautions

Il n'existe pas d'informations relatives à un excès au sein de l'organisme. Chez le rat, des doses de 2000 mg par kg n’ont présenté aucune toxicité 14 15.

Contre-indications

La D-sérine peut être toxique pour les reins 16. En cas de pathologie rénale, il convient de demander l’avis d’un professionnel de santé avant d’entamer une supplémentation.

Interactions médicamenteuses

Il n’existe pas d’interactions médicamenteuses connues.

L-sérine dans les aliments : où la trouver ?

De nombreux aliments en contiennent. Les aliments riches en protéines en contiennent le plus. On la trouve dans :

  • Les œufs
  • Le lait
  • Le riz
  • Le blé
  • Le soja
  • Les arachides
  • Les viandes
  • Le maïs
  • Le seigle
  • Les légumineuses

Questions fréquentes

Qu’est-ce que la l-sérine ?

Acide aminé non-essentiel, il présente de nombreux bienfaits santé.

Pourquoi en prendre ?

- Diminuer la progression de la sclérose en plaque amyotrophique
- Lutter contre la douleur, en association avec l’EPA
- Améliorer la cognition chez les personnes âgées

Quelles sont les mises en garde ?

Les personnes présentant des pathologies rénales doivent demander l’avis d’un médecin.


Marianne Buclet
Marianne Buclet, Auteur

Naturopathe et professeure de yoga