Vitamine D: ses bienfaits et vertus

-

La vitamine D est une vitamine liposoluble essentielle au bon fonctionnement de l’organisme. Elle est produite par le corps humain lorsque l’on s’expose aux rayons du soleil. On la retrouve également dans l’alimentation, notamment lorsque l’on consomme des produits d’origine animale. Principalement connue pour sa contribution à la croissance et à la solidité des os, la vitamine D présente de nombreux bienfaits.

Présentation

Définition

Gélules de vitamine D : la vitamine D dispose de nombreux bienfaits pour l'organisme.

La vitamine D est en réalité un précurseur hormonal, de nature liposoluble. On dénombre plusieurs types de vitamines D, qui présentent une forte similarité. On s’intéressera essentiellement à la D3, nommée aussi cholécalciférol. En effet, c’est le type de vitamine D le plus utilisé à l’heure actuelle. Toutefois, la vitamine D2, ou ergocalciférol, est également assimilable par l’organisme humain.

Vitamine D2

L’ergocalciférol appartient aux molécules sécostéroïdes. Il entre dans la composition de divers végétaux et champignons. Lorsque la vitamine D2 est absorbée par l’organisme, elle se transforme en calcitriol, c’est-à-dire qu’elle devient hormonalement active.

Vitamine D3

Le cholécalciférol est également un sécostéroïde. On le retrouve essentiellement dans la composition des produits d’origine animale, comme le poisson, le jaune d’œuf, les produits laitiers… La consommation de ces produits constitue donc un apport exogène.

Toutefois, la vitamine D3 a pour particularité d’être produite majoritairement par l’organisme humain, lors de l’exposition aux rayons ultraviolets (UVB) du soleil. Ainsi, c’est la peau qui synthétise le cholécalciférol. On le retrouve ensuite au niveau du foie, où il sera converti en 25-hydroxycholécalciférol, nommé aussi calcidiol. Puis, cette dernière substance sera conduite vers les reins, où elle deviendra du 1,25 dihydroxycholécalciférol, c’est-à-dire du calcitriol. Il s’agit là du phénomène de production endogène1.2

Néanmoins, l’élaboration cutanée du cholécalciférol est liée à de nombreux facteurs : l’ensoleillement du lieu de vie, l’épaisseur et la pigmentation de la peau (les peaux épaisses ou foncées sont moins réceptives), l’âge (il existe une altération de la synthèse en vitamine D), la surface exposée, l’éventuelle application de crème solaire… Ainsi, des carences s’observent régulièrement.

Les valeurs de référence

Référence Nutritionnelle pour la Population

Selon l’ANSES, la RNP est fixée à 15 µg par jour pour les adultes (femmes et hommes confondus). Notons que cette norme est définie en considérant une synthèse nulle de l’organisme.

Normes biologiques

En cas de suspicion d’hypovitaminose, un médecin peut prescrire un prélèvement veineux, au travers duquel on dosera le calcidiol (ou 25(OH)D). Ainsi, un taux normal se situe entre 30 et 45 ng/ml de sang. En dessous de 30 ng/ml, une supplémentation en vitamine D2 ou D3 est souvent conseillée.

La vitamine D est largement utilisée en complément alimentaire. Vous pouvez retrouver et comparer différents produits, en vous rendant sur l'article: Quelle vitamine D choisir? Tests et comparatif.

Rôles et propriétés de la vitamine D

Régulation du métabolisme phosphocalcique

La vitamine D apporte de nombreux bienfaits à l’organisme. Sa mission principale est de permettre l’augmentation des taux de calcium et de phosphore dans le sang. Afin de parvenir à ce résultat, la vitamine D agit sur les parathyroïdes et la production de parathormone. Ceci va favoriser l’absorption intestinale du calcium et du phosphore, tout en limitant leur élimination par les reins3.

Croissance et maintien du capital osseux

Au travers de son rôle en faveur du métabolisme phosphocalcique, la vitamine D contribue à la croissance et à la minéralisation des os, des cartilages mais également des dents.

Notons que la carence sévère en vitamine D est susceptible d’entraîner le rachitisme chez les enfants. C’est pourquoi les médecins prescrivent systématiquement cette vitamine aux nouveau-nés, qu’ils consomment du lait maternisé ou qu’ils soient allaités. Chez l’adulte carencé, l’ostéomalacie peut survenir. Cette pathologie induit une décalcification osseuse.

En outre, la supplémentation en vitamine D est utile dans le cadre de l’ostéoporose : elle fait partie de l’arsenal préventif. Un essai clinique met en avant l’efficacité d’une dose quotidienne comprise entre 500 et 900 UI, en association avec un apport de calcium, chez des femmes âgées de plus de 63 ans. Des résultats bénéfiques ont été constatés, notamment l’augmentation de la densité osseuse ainsi que la diminution des fractures d’origine non vertébrale4.

Contribution au capital musculaire

La vitamine D exerce divers bienfaits sur la sphère musculaire. En effet, elle joue un rôle en faveur de la production et de la croissance des myocytes. Une étude compilant les résultats de plusieurs recherches explique que la supplémentation en vitamine D permet d’accroître la force musculaire, particulièrement chez les sujets carencés. Mentionnons que les personnes ayant un taux sérique élevé de vitamine D seraient moins sujettes aux blessures et réaliseraient de meilleures performances sportives5.

De surcroît, une autre étude indique que la prise de vitamine D, à raison de 800 à 1000 UI par jour, permettrait de limiter le risque de chute chez les personnes âgées qui disposent d’un taux insuffisant de cette même vitamine6.

Fonctionnement du système nerveux

En maintenant l’équilibre phosphocalcique, la vitamine D contribue au fonctionnement normal du système nerveux.

Une revue scientifique publiée récemment déclare que la vitamine D joue un rôle dans l’activité cérébrale, à tout âge, y compris lors du développement embryonnaire. En effet, elle participe à la bonne transmission de l’influx nerveux, à l’origine du comportement locomoteur ou émotionnel.

L’équipe de chercheurs poursuit en expliquant que bien souvent, un déficit en vitamine D s'observe chez les personnes atteintes de pathologies neurologiques, à l'instar de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, de la sclérose en plaques, de la schizophrénie ou encore des troubles du spectre autistique. Toutefois, les scientifiques signalent que la fonction potentielle de la vitamine D dans le cadre de ces troubles neurologiques n’est pas clairement déterminée7.

Maintien d’une coagulation normale

Les bienfaits de la vitamine D ne s'arrêtent pas là.
Grâce à son action régulatrice sur la calcémie, elle permet une coagulation normale au sein de l’organisme. En effet, certains chercheurs ont remarqué qu’un taux de vitamine D insuffisant pouvait être relié à la survenue d’épisodes de thrombose veineuse ou artérielle8.

En outre, un essai clinique a récemment montré un impact positif de la supplémentation en cholécalciférol sur plusieurs facteurs de coagulation. Des adultes présentant une carence sévère en vitamine D ont tout d’abord absorbé une dose unique de 300 000 UI de cholécalciférol, puis une dose d’entretien de 800 UI, tous les jours pendant 3 mois. Les examens réalisés ont permis aux chercheurs de noter une diminution de la production de thrombine ainsi qu’une régulation de la fibrine9.

Régulation hormonale

Selon l’ANSES, l'un des bienfaits de la vitamine D est de participer à la régulation hormonale, notamment en ce qui concerne les hormones hypophysaires et l’insuline.

En effet, la recherche a pointé du doigt le lien existant entre un déficit de vitamine D dans l’organisme et la résistance à l’insuline. Une revue scientifique récente annonce qu’un apport suffisant en vitamine D est susceptible de réduire l’apparition de problématiques liées à l’insulino-résistance, à l’instar de l’inflammation et du stress oxydatif10.

Santé cardiovasculaire

La vitamine D jouerait un rôle sur la sphère cardiovasculaire. Il faut effectivement souligner que le calcitriol se lie à des récepteurs qui lui sont propres et qui se trouvent au sein même du système cardiovasculaire.

Ainsi, certains chercheurs formulent l’hypothèse qu’un faible taux de vitamine D serait associé à un risque majoré d’apparition de maladies cardiovasculaires : hypertension, ischémie, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral (AVC), diabète de type II… Néanmoins, ils s’accordent à dire que la recherche doit se poursuivre afin de pouvoir se positionner précisément sur ce point11 12.

Activation du système immunitaire

Les récepteurs de la vitamine D se retrouvent aussi sur les cellules immunitaires, à savoir les lymphocytes T ou B et les monocytes. Une revue scientifique aurait ainsi relevé divers bienfaits de la vitamine D sur le système immunitaire, y compris dans le cadre de pathologies auto-immunes, comme le diabète de type I13.

En outre, plusieurs essais cliniques ont mis en avant la capacité de la vitamine D à stimuler le système immunitaire. En plus de stimuler les défenses immunitaires, elle favorise le maintien de la santé mentale et participe à la lutte contre la dépression et les états de fatigue.

La première étude que nous évoquerons concerne le virus de la grippe saisonnière. Elle a été menée auprès de plus de 300 enfants scolarisés. Le groupe test a reçu 1200 UI par jour de cholécalciférol durant l’hiver.

Les chercheurs ont finalement constaté que la supplémentation en vitamine D3 pourrait réduire l’incidence de la grippe saisonnière (18 enfants malades du groupe test contre 31 au sein du groupe placebo). De plus, un effet bénéfique supplémentaire a été observé auprès des enfants asthmatiques. En effet, dans le groupe supplémenté en cholécalciférol, seulement deux enfants ont subi des crises d’asthme, contre douze enfants du groupe placebo14.

Le second essai clinique, randomisé, en double aveugle et sous contrôle placebo s’intéresse à plus de 400 enfants soignés pour pneumonie. Selon les chercheurs, les enfants supplémentés en cholécalciférol (100 000 UI en dose unique) auraient moins de risques de contracter l’infection à nouveau15.

Effet sur le cancer

De nombreux chercheurs se sont intéressés aux effets et bienfaits de la vitamine D dans le cadre de la lutte contre le cancer.

Une première revue scientifique récente indique que la supplémentation en vitamine D ne réduit pas l’incidence des différents types de cancers, toutefois, elle réduit significativement la mortalité liée16.

Puis, une seconde revue a émis la même conclusion. Ainsi, les chercheurs conseillent une prise de vitamine D dès lors que le diagnostic de cancer est posé17.

Action en faveur des kératinocytes

Les kératinocytes sont les cellules majoritairement constitutives de l’épiderme et des phanères. Ils évoluent au travers des 5 couches de l’épiderme par différenciation cellulaire. Dès lors que les kératinocytes atteignent la dernière couche, ils se transforment en squames. Ce cycle dure environ 45 jours, toutefois, il peut être raccourci dans le cadre de certaines pathologies, à l’instar du psoriasis.

La vitamine D est connue pour son action régulatrice dans les processus de différenciation et de prolifération des kératinocytes. Le maintien d’un état cutané optimal semble donc être relié en partie à taux de vitamine D suffisant dans l’organisme18.

En effet, une carence en vitamine D pourrait entraîner une chute des cheveux.
La vitamine D participe au renouvellement cellulaire, elle protège la peau et le cuir chevelu et ralentit le vieillissement cutané. Elle favoriserait également la cicatrisation des plaies (eczéma, acné).

En outre, une méta-analyse récente explique qu’un déficit en vitamine D est très souvent repéré chez les personnes atteintes de psoriasis19. En raison de son effet modulateur sur les kératinocytes, la vitamine D fait partie des traitements locaux préconisés par les dermatologues. Toutefois, les chercheurs s’interrogent à propos de la pertinence d’une supplémentation par voie orale dans le cadre de cette pathologie20. D’autres études sont nécessaires afin de pouvoir se prononcer sur ce point.

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur la vitamine D :

Sources alimentaires

Il existe de nombreuses sources alimentaires de vitamines D. Retrouvez l'ensemble des informations au sein de l'article :
Où trouver de la vitamine D dans les aliments?

Les produits efficaces

La vitamine D est largement utilisée en complément alimentaire. Vous pouvez retrouver et comparer différents produits, en vous rendant sur l'article: Quelle vitamine D choisir? Tests et comparatif.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que la vitamine D?

La vitamine D est une vitamine liposoluble. Elle est essentielle au bon fonctionnement de l'organisme.

Quel est le rôle de la vitamine D dans le corps?

La vitamine D contribue à la croissance et à la solidité des os.

Pourquoi en prendre?

Elle dispose de nombreux bienfaits :
1. Régulation du calcium dans l'organisme
2. Maintien du capital osseux
3. Bon fonctionnement du système nerveux
4. Renforcement de la masse musculaire
5. Prévention de certaines maladies cardiovasculaires
7. Stimulation du système immunitaire
8. Participe à la lutte contre le cancer
9. Régulation hormonale
10. Contribue à la coagulation normale du sang
11. Traitement contre le psoriasis


  • 1HAS (2013) Utilité clinique du dosage de la vitamine D.
  • 2Ibid.
  • 3Malabanan AO., Holick MF. (2003) Vitamin D and bone health in postmenopausal women. Journal of women’s health.
  • 4Abrams GD., & al. (2018) Effects of Vitamin D on Skeletal Muscle and Athletic Performance. J Am Acad Orthop Surg.
  • 5Dawson-Hugues B. (2017) Vitamin D and muscle function. J Steroid Biochem Mol Biol.
  • 6Bivona G., Gambino CM., Iacolino G. & Ciaccio M. (2019) Vitamin D and the nervous system. Neurological research.
  • 7Mohammad S., & al. (2019) Emerging Role of Vitamin D and its Associated Molecules in Pathways Related to Pathogenesis of Thrombosis. Biomolecules.
  • 8Blondon M. & al. (2019) Thrombin generation and fibrin clot structure after vitamin D supplementation. Endocrine connections.
  • 9Szymczak-Pajor I., Śliwińska A. (2019) Analysis of Association between Vitamin D Deficiency and Insulin Resistance. Nutrients.
  • 10Bouillon R. (2019) Vitamin D and cardiovascular disorders. Osteoporosis international.
  • 11Saponaro F. & al. (2019) Vitamin D status and cardiovascular outcome. Journal of endocrinological investigation.
  • 12Prietl B. & al. (2013) Vitamin D and immune function. Nutrients.
  • 13Urashima M. & al. (2010) Randomized trial of vitamin D supplementation to prevent seasonal influenza A in schoolchildren. Am J Clin Nutr.
  • 14Manaseki-Holland S. & al. (2010) Effects of vitamin D supplementation to children diagnosed with pneumonia in Kabul : a randomised controlled trial. Trop Med Int Health.
  • 15Keum N. & al. (2019) Vitamin D supplementation and total cancer incidence and mortality: a meta-analysis of randomized controlled trials. Annals of oncology.
  • 16Haykal T. & al. (2019) The role of vitamin D supplementation for primary prevention of cancer: meta-analysis of randomized controlled trials. J Community Hosp Intern Med Perspect.
  • 17Piotrowska A., Wierzbicka J., Żmijewski MA. (2016) Vitamin D in the skin physiology and pathology. Acta Biochim Pol.
  • 18Pitukweerakul S. & al. (2019) Hypovitaminosis D is Associated with Psoriasis: A Systematic Review and Meta-Analysis. Kansas journal of medicine.
  • 19Barrea L. & al. (2017) Vitamin D and its role in psoriasis : An overview of the dermatologist and nutritionist. Rev Endocr Metab Disord.
  • 20HAS (2013) Utilité clinique du dosage de la vitamine D.🔗 https://www.has-sante.fr/jcms/c_1356838/fr/utilite-clinique-du-dosage-de-la-vitamine-d-rapport-d-evaluation
Mélanie Manzanares

Rédactrice spécialisée dans le domaine de la santé, ayant obtenu le diplôme d'état infirmier en 2013.